Vous êtes ici

Informations pratiques

Les moyens de transport

Essayez, dans la mesure du possible, de privilégier les transports en commun pour rejoindre le point de départ de votre périple et pour en revenir.

Pour vous renseigner sur les horaires, les tarifs, les accès spécifiques aux points que vous souhaitez rallier, que ce soit pour l'aller ou le retour, vous trouverez ci-dessous des pistes qui vous aideront à trouver ces informations. Vous pouvez également contacter directement des agences de voyages.

 

En train

En France, la SNCF : informations et réservations au 3635 (0,34€/mn) ou www.voyages-sncf.com (national) ou www.ter-sncf.com (régional)

En Espagne, la RENFE : informations et réservations au 00 34 902 243 402 ou www.renfe.com

A Saint-Jacques-de-Compostelle la Gare routière est située Rua San Caetano. Des liaisons longue distance sont ouvertes vers l’Espagne, la France, la Suisse, l’Allemagne ou la Belgique. Une liaison est également ouverte avec Padron ou Fisterra. Renseignements sur place, par téléphone au 00 34 981 54 24 16
 ou sur www.tussa.org

 

En avion 

L’aéroport de Compostelle se situe à Lavacolla (à 10km du centre de Saint-Jacques de Compostelle). Des autobus font la liaison toutes les 30mn à 40mn entre le centre-ville de Saint-Jacques de Compostelle et l'aéroport.
Informations : http://www.aena-aeropuertos.es/csee/Satellite/Aeropuerto-Santiago/es/ et au 00 34 981 547 500

Tous les aéroports en France : www.aeroport.fr
Tous les aéroports en Espagne : www.aena.es

 

En bus

Les renseignements sur les lignes de bus reliant les grandes villes de France sont disponibles auprès des gares routières ou des agences de voyage.

Les renseignements sur les moyens de transports en communs locaux sont disponibles auprès des offices de tourisme ou des mairies.

Lignes internationales : Eurolines (grandes villes de toute l'Europe), 0892 89 90 91 (0,34€/mn), www.eurolines.fr

Lignes espagnoles : Alsa (de Santiago jusqu’à Irún, et quelques grandes villes d'Europe) : + 34 902 42 22 42, www.alsa.es

Pour connaître les lignes desservant Puente la Reina et la Navarre : www.autocaresartieda.com ; www.autobusesdenavarra.com

Pour connaître l'ensemble des lignes de bus desservant toute l'Espagne et acheter son billet en ligne : www.movelia.es ; www.estaciondeautobusesdepamplona.com ; www.monbus.es

 

Aller et revenir en bus de Saint-Jean Pied de Port

L’office de tourisme propose un document pratique qui résume comment aller et revenir de Saint-Jean Pied de Port ou de Roncevaux par bus ou par train.

Téléchargez le document

 

A vélo

Si vous voulez rentrer chez vous sans pédaler, pensez à étudier les possibilités du retour de votre vélo.

 

En France, la SNCF a mis en place un site spécialement conçu pour le transport du vélo : www.velo.scnf.com 

Pour ceux qui comptent prendre le bus, attention ! La compagnie EUROLINES n'autorise plus le transport des vélos.

 

A consulter :
www.amigosdelciclismo.com/rutas/caminodesantiago/ 
http://pagesperso-orange.fr/vtt.compostelle

 

Pour plus d'informations, demandez notre document : "Vers Compostelle…à vélo"

 

Des informations sur l’Espagne

La péninsule ibérique s’est couverte d’itinéraires jacquaires et de sites internet qui référencent les informations pratiques, les guides et les hébergements.

 

Plusieurs sites sont particulièrement recommandés :

 

Les hébergements

Le type, la quantité, la qualité et le tarif des hébergements varient selon l'itinéraire choisi. Les chemins les plus fréquentés disposent de gîtes d'étape (albergues), spécifiques aux cheminants.
En Espagne, le Camino Francés ne manque pas d’albergues tant le chemin est fréquenté. D'autres chemins moins équipés sont toutefois praticables mais offriront moins de possibilités de haltes et/ou nécessiteront un budget plus conséquent.
La plupart des gîtes/albergues sont réservés en priorité aux pèlerins qui marchent au long cours en portant leurs affaires sur le dos. Ceux qui font porter leurs bagages ou qui sont accompagnés d'un véhicule s’orienteront de préférence vers les hôtels.

 

Les types d'hébergements

En France et en Espagne, il existe différents types d’hébergements disponibles :

  • Gîtes d'étape (refugios ou albergues)
    Généralement en dortoirs plus ou moins grands, ils disposent d'un service minimum (lits, matelas, sanitaires, douches, coin cuisine). Les draps et les ustensiles sont rarement fournis (notamment en Espagne). Réservation fortement conseillée en France, impossible en Espagne (règle du «premier arrivé, premier servi»).
  • Chambre d'hôtes (casas rurales)
    Lieux d'accueil plutôt confortables ne disposant pas toujours d'un coin cuisine. Certaines proposent la demi-pension (repas du soir, nuit, petit-déjeuner). Réservation fortement conseillée en France, possible en Espagne.
  • Hôtels
    Une des possibilités pour ceux qui font porter leur sac, ou qui sont accompagnés d'un véhicule. C'est aussi une bonne alternative en cas de gîtes complets, ou pour les plus fatigués, l'occasion de faire une halte moins bruyante que dans un grand dortoir.
  • Bivouac (campement de nuit) et camping
    L'équipement nécessaire pour le camping impose un poids supplémentaire important à transporter et des opérations quotidiennes de montage-démontage. Il n'existe pas de camping à chaque halte. En Espagne, ils sont peu nombreux au long du Camino Francés et coûtent souvent plus cher qu'un gîte. Le camping sauvage et le bivouac sont généralement interdits en Espagne. En France, seul le bivouac est toléré. Si vous vous trouvez sur un terrain privé, veillez à discuter avec le propriétaire avant de vous établir. 
  • Les accueils spirituels
    Certains monastères ont une hôtellerie ouverte à l’accueil des marcheurs. Certains presbytères proposent le gîte et le couvert mais ce n’est pas leur rôle car les prêtres, peu nombreux, sont avant tout au service des communautés paroissiales. 

 

Les « donativos »

Selon une tradition d’hospitalité propre à l’esprit des pèlerinages, des familles d’accueil peuvent vous offrir le gîte et le couvert. Cet accueil appelé « donativo » est gratuit ou se fait en échange d’une participation financière libre.
Il doit se pratiquer par les maîtres de maison, chez eux, et à la table familiale. Les marcheurs qui en bénéficient doivent être reconnaissants de ce qui leur est offert, sans exiger davantage. L’honnêteté commande de participer aux frais.

Cet accueil constitue un hébergement d’appoint occasionnel, qui n'est pas censé être régulier ni lucratif. Toutefois, depuis quelques temps, certains accueils « donativo » ne respectent plus ces règles et imposent un prix aux marcheurs. Cette pratique est assimilée à de la concurrence déloyale : l’accueillant devrait en effet déclarer son activité en mairie et payer des impôts correspondant à son chiffre d’affaires, au même titre que n’importe quel autre hébergeur professionnel. 

 

La réservation

En France, il est fortement conseillé de réserver l'hébergement plusieurs jours à l'avance surtout au plus fort de la saison (mai à septembre). Le mieux est bien sûr d'honorer ses réservations.

En Espagne, les réservations sont impossibles dans les albergues réservés aux pèlerins, où s'applique la règle du «premier arrivé, premier servi».

 

Le budget 

Très variable suivant le type d'hébergement, le budget journalier nécessaire est plus important en France qu'en Espagne. Un budget minimum sera indispensable pour accomplir la pérégrination vers Compostelle. Certains gîtes n'affichent pas de tarif et demandent une participation libre. La courtoisie est d'y laisser quelques euros et le gîte en bon état en échange de l'accueil qui y est offert.

Les hébergeurs proposent de plus en plus de tarifs bon marché destinés aux pèlerins.

 

Moyenne des tarifs en France :

  • Gîtes d'étape
    8€ à 20€ la nuitée
  • Chambres d'hôtes
    25€ à 60€ la chambre de deux personnes (demi-pension de 30€ à 75€ par personne)

 

Moyenne des tarifs en Espagne :

  • Refugios, albergues
    3€ à 9€ la nuitée
  • Casas rurales
    20€ à 50€ la chambre de deux personnes (demi-pension de 30 à 40€ par personne)

 

Le ravitaillement, la restauration 

En Espagne comme en France, les possibilités de ravitaillement et de restauration ne manquent pas.

En France, attention aux dimanches et lundis, jours de fermeture de beaucoup de commerces. En Espagne, attention à la Semana Santa (du dimanche des Rameaux au dimanche de Pâques), période largement chômée.

Sur le Camino Francés, de nombreux «menus pèlerins» sont proposés.

Des deux côtés des Pyrénées, certains gîtes proposent un pique-nique ou un en-cas mais il est plus prudent d'avoir toujours sur soi de l'eau et quelques victuailles.

Bonnes et mauvaises surprises : certains accueillants offrent des croissants, d'autres font payer le pain...

 

Le climat

Les chemins de Compostelle traversent des régions différentes pouvant posséder des microclimats particuliers qu'il est extrêmement difficile de prévoir. Si les tendances permettent de se faire une idée du temps qu'il fera, on relève tout autant des surprises et des phénomènes météo inattendus. C'est le cas par exemple dans des régions comme les Pyrénées ou l'Aubrac, où il peut arriver qu’il neige en plein été !
Dans tous les cas, il faut se renseigner sur les conditions météo avant de partir sur une étape et bien s'équiper contre le froid, l'humidité et la chaleur.

 

Les périodes de départ favorables

Pour les itinéraires français, il est recommandé de partir au printemps et à l'automne, pour éviter le froid, la neige, la pluie en hiver, et les grandes chaleurs, la foule, les hébergements complets en été.

 

Pour les itinéraires espagnols, il est préférable d'éviter de marcher en été en raison de canicules sur certaines parties du Camino Francés. Sinon, vous pouvez toujours adapter votre rythme de marche : départ très matinal et arrivée avant 14h, ce qui permet d’éviter la chaleur. Dans tous les cas, le Camino Francés reste très fréquenté d’avril à début octobre.

 

Les passages en montagne

A toutes les saisons, les franchissements des cols peuvent être sujets à des chutes de neige, des averses, des orages, des nappes de brouillard.

 

En France, les points délicats sont :

  • Le plateau de l’Aubrac (voie du Puy), situé à 1300 m d’altitude et susceptible d’enneigement tardif (mai). 
  • Le Col Lepoeder (montée à Roncevaux)
  • La traversée de la Montagne Noire et le Col du Somport (voie d'Arles)

 

En Espagne, les points délicats sont :

  • Le Col de Roncevaux
  • Puerto de la Pedroja (avant Burgos)
  • Cruz de Ferro (entre León et Ponferrada)
  • Le Cebreiro (Monts de León, entrée en Galice)

 

Par temps de brouillard ou risque de neige, vous devez différer votre départ ou rester sur le réseau routier et ne pas vous engager sur les sentiers.

Veillez à vous renseigner avant de partir auprès de votre hébergeur ou de l’office de tourisme. Surtout ne bravez pas les interdictions de passer. Cela peut être extrêmement dangereux !

 

Pour connaître la météo d'une ville-étape en France ou en Péninsule Ibérique, rendez-vous sur www.lachainemeteo.com et saisissez le nom de la ville.
Pour la France uniquement, consultez www.meteofrance.com