Vous êtes ici

Les acteurs des chemins

En France, ce sont d’abord les actions culturelles de la Société Française des Amis de Saint-Jacques et du Centre d’Etudes Compostellanes qui ont mis à l’honneur l’ancien pèlerinage. Puis, les collectivités territoriales se sont également intéressées au sujet, y voyant un vecteur de développement économique local et de ciment social. 

 

A partir des années 1970, l’action conjointe de la Société Française des Amis de Saint-Jacques, de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre et des collectivités a permis d’aménager les anciens itinéraires en sentier de randonnée. 

 

En 1990, les Régions Midi-Pyrénées, Aquitaine et Languedoc-Roussillon, avec l’appui de la Ville de Toulouse, ont créé l’ACIR Compostelle, donnant ainsi une dimension supplémentaire à la valorisation des itinéraires contemporains vers Compostelle. 

 

Si cette revitalisation a permis de gratifier les chemins de Saint-Jacques de Compostelle de deux prestigieux labels internationaux, d’une visibilité et d’une attractivité certaines, elle implique également des devoirs :
  • la préservation de ce qui fait « l’esprit du chemin »

  • un accueil matériel et culturel de qualité

  • un équilibre entre les intérêts économiques et les valeurs portées par cet héritage

 

Aujourd’hui, la thématique «  Saint-Jacques de Compostelle » se trouve ainsi au carrefour de nombreux domaines d’activité dans lesquels s’inscrivent une foule d’organismes et d’acteurs aux compétences variées.

Qui fait quoi ? 

 

Les collectivités locales

Elles s’engagent et agissent dans une perspective de développement territorial et de cohésion sociale fondés sur la culture et le tourisme.

Ce sont elles qui décident ou appuient l’équipement en signalétique et en hébergement, qui soutiennent la promotion et l’édition, qui investissent pour la rénovation du patrimoine et pour sa médiation, qui soutiennent les évènements. Des inventaires sont réalisés sous l’égide des Régions ou des Départements. Localement, des animateurs du patrimoine, des universitaires et des bénévoles d’associations culturelles assurent une animation continue à travers des évènements pour partager avec les cheminants. Autant d’actions invisibles qui mobilisent les élus du suffrage universel pour soutenir la vie et l’emploi sur un territoire. Et nombre d’entre eux éprouvent un enthousiasme quand il est question de ce chemin d’étoiles…

 

L’ACIR Compostelle

Elle fait le lien entre différents acteurs, accompagne, aide et conseille les collectivités locales et les professionnels de la culture et du tourisme dans leur objectif de développement territorial. Elle informe les publics sur les aspects pratiques des itinéraires et apporte son concours aux services de l’Etat dans la gestion du bien Unesco « Chemins-de Saint-Jacques de Compostelle en France ».

Pour en savoir plus

 

La Fédération Française de la Randonnée Pédestre (FFRP)

Elle a été fondée en 1947. Elle a une activité de labellisation des itinéraires de randonnée, de promotion de cette pratique sportive, d'édition des topo-guides et de définition des normes de signalétique. Ses comités départementaux (CDRP) s'attachent à repérer, ouvrir, baliser et entretenir le réseau des sentiers de randonnée. A ce titre, ils interviennent sur les chemins de Compostelle, en collaboration avec les associations jacquaires. Ce sont eux qui vous renseignent sur l'état des sentiers, lorsque ces derniers sont homologués GR®.


http://www.ffrandonnee.fr

 

La Société Française des Amis de Saint-Jacques - Centre Européen d'Etudes Compostellanes

Fondée en 1950, la Société Française a entrepris un travail pionnier de recherche des traces jacquaires. A partir de 1965, elle a suscité de nombreuses expositions sous la houlette de son secrétaire général, René de Lacoste-Messelière, entouré de pionniers, savants ou érudits et des premiers accueillants. Dans la foulée de Monseigneur Branthomme, elle a également organisé des pèlerinages, à pied ou à cheval, vers Saint-Jacques de Compostelle.

Son concours a été décisif pour appuyer la FFRP dans la réouverture de la Voie du Puy en sentier de Grande Randonnée en 1975. Dans son sillage, l'activité de recherche historique et de conseil aux pèlerins s'est développée sous la conduite de ses filles, les associations régionales et locales.

http://www.compostelle.asso.fr

 

La Fédération française des Associations des Chemins de Saint Jacques de Compostelle

Créée en 2000, la FFACC réunit des associations des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, dans un but de sauvegarde et de promotion de ces itinéraires. L’action de balisage, d’information ou d’animation est menée par ses associations membres. 


http://www.compostelle-france.fr

 

Les Associations "Amis de Saint-Jacques" ou "Amis des Chemins de Saint-Jacques"

On en compte plus de 80 en France. Leur action varie selon leur force, la vitalité d’un itinéraire, la sensibilité de leurs membres : elles privilégient la marche, la dimension culturelle, ou bien se situent davantage dans la tradition religieuse.

Plusieurs d'entre elles publient régulièrement un bulletin. Certaines éditent des livrets-guides pour décrire des itinéraires qu'elles balisent elles-mêmes. D'autres mènent des activités de recherche historique. Toutes animent des rencontres ou organisent des journées de marche.

Mais leur mission essentielle tient à l'information des publics et à l'accueil des pèlerins. A ce titre, elles délivrent ou tamponnent la crédencial. Elles peuvent également gérer un gîte ou entretenir un réseau de bénévoles qui hébergent.

Les Comités Départementaux du Tourisme (CDT)

Créés à l'initiative des Conseils Généraux, les CDT préparent et exécutent les politiques de développement touristique. Organismes d'information, ils renseignent sur les hauts lieux du patrimoine, les manifestations culturelles, les hébergements et disposent de nombreuses documentations pour permettre la découverte des terroirs.

Leur information est générale. Ils disposent rarement d'une brochure spécialisée.

 

Les Offices de Tourisme et les Syndicats d'Initiatives (OT, SI)

Ils renseignent sur les hébergements, les lieux de visite ou les manifestations culturelles dans la commune ou le canton. Certains disposent d'informations précises et adaptées aux besoins des cheminants sur les routes de Compostelle, notamment ceux des petites communes ou des principales étapes. Le service offert et la disponibilité sont très variables.

 

Les hébergeurs

En lien direct avec les marcheurs, ce sont eux qui ont la lourde mais gratifiante responsabilité de leur apporter confort, chaleur, écoute et sympathie. Etre bien accueilli dépend de l’hôte : celui qui accueille mais aussi celui qui est accueilli. Et pour savoir bien accueillir, il n’est pas nécessaire d’être bénévole, donativo, famille chrétienne…  Les hébergeurs sont propriétaires ou gestionnaires salariés d’une chambre d’hôtes, d’un gîte communal ou privé, d’une hôtellerie monastique, d’un hôtel ou d’un camping… Ces commerçants sont aussi des gardiens de « l’esprit du chemin ». Certains sont aidés par des bénévoles recrutés par les associations : les hospitaliers. Des familles d’accueil, plus ou moins organisées en chaîne d’accueil et plus ou moins respectueuses des règlementations complètent cette offre d’accueil. A l’instar des compagnons de marche qui vont et viennent au fil des jours, ils sont cet Autre bienveillant qu’une majorité de cheminants espère rencontrer. 



Ils incarnent ainsi une valeur essentielle du chemin jacquaire : l’hospitalité.

 

La thématique compostellane est par ailleurs également présente dans les domaines de la recherche (histoire religieuse, histoire de l’art, anthropologie, sociologie… ), de la protection et de la conservation des édifices, de l’animation culturelle, de l’éducation au patrimoine ou encore de l’animation spirituelle.