Vous êtes ici

Bayonne (Pyrénées-Atlantiques, Nouvelle-Aquitaine)

Au XIe siècle, l’antique camp militaire romain du nom de Lapurdum devient Baiona (bonne rivière en basque). En 1152, la ville est rattachée au royaume d’Angleterre après le mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec le futur roi d’Angleterre Henri Plantagenêt. C'est le début d'un âge d'or qui va durer presque trois siècles. Le port devient une base commerciale de premier ordre entre la France et l'Angleterre.

 

Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne, Nouvelle-Aquitaine)

Située au cœur du Limousin, dans le département de la Haute-Vienne, Saint-Léonard de Noblat est le fruit de plus de 1000 ans d’histoire.


D’après la légende, la ville doit son origine à saint Léonard, ermite venu évangéliser la région au VIe siècle. Sur son tombeau aurait été élevée une première église, remplacée quelques siècles plus tard par l’actuelle collégiale.

Villefranche-de-Rouergue (Aveyron, Occitanie)

Villefranche-de-Rouergue, vaste bastide fondée par Alphonse de Poitiers en 1252, a été une puissante ville de commerce à la fin de l’époque médiévale. Sa situation à l’ouest de l’Aveyron entre Causse et Ségala, et à proximité du Quercy a également favorisé son rayonnement administratif, politique et religieux.

Villeneuve-d'Aveyron (Aveyron, Occitanie)

Villeneuve-d’Aveyron, mi-sauveté, mi-bastide royale, se trouve entre Rodez et Cahors, à 410 mètres d’altitude sur le causse de Villeneuve. Ce dernier est l’un des causses aveyronnais les plus riches en patrimoine vernaculaire. Ses pigeonniers, caselles, gariotes et murets de pierre sèche construits aux XIIIe et XIXe siècles lui confèrent une identité particulière.

Poitiers (Vienne, Nouvelle-Aquitaine)

Ville et Pays d’Art et d’Histoire depuis 2004, Poitiers porte la marque de son passé très riche. Son patrimoine historique illustre les différents styles architecturaux depuis la fin de l’Antiquité (baptistère Saint-Jean, Ve siècle) jusqu’à nos jours (Théâtre-Auditorium de Poitiers, XXIe siècle).

Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques, Nouvelle-Aquitaine)

C’est au cœur du vieux Béarn que Navarrenx dresse ses remparts séculaires. La ville fut érigée dès le XIIe siècle en bastide médiévale.

Dans la première moitié du XVIe siècle, Henry II d’Albret, grand-père de Henri IV, décida de fortifier la cité. Il était alors soucieux de garantir la souveraineté et l’indépendance du Béarn convoité à la fois par Charles Quint en Espagne et François Ier, son beau-frère, en France. Ainsi, l’architecte italien Fabricio Siciliano éleva à Navarrenx la première place bastionnée en France, sur le type italien alors révolutionnaire.

Aire-sur-l’Adour (Landes, Nouvelle-Aquitaine)

Dénommée à l’origine « Atura » (rivière qui roule des pierres) Aire sur l’Adour fut édifiée par les Romains à la suite d’une bataille entre les troupes du Général Crassus et de Pompée. Au Ve siècle, elle fut une cité importante du royaume wisigoth de Toulouse et le roi Alaric II y promulgua en 506 son fameux «Bréviaire», code qui restera en vigueur jusqu’au XIe siècle.

Eauze (Gers, Occitanie)

Éauze est située au cœur de la Gascogne, à environ 1 000 km de Saint-Jacques de Compostelle. Capitale antique connue sous le nom d'Elusa, elle fut délaissée à partir du VIIe siècle. Elle doit son nom au peuple aquitain, les Elusates, conquis par les romains au temps de César.

Lectoure (Gers, Occitanie)

Cité gallo-romaine puis ville épiscopale, Lectoure était autrefois partagée entre le vicomte de Laumagne et l’évêque dont les châteaux, aujourd’hui disparus, dominaient la ville.


Lectoure se dresse par paliers sur un éperon rocheux ceint de remparts exceptionnellement conservés. La commune domine la vallée du Gers et offre, par temps clair, une très belle vue sur les Pyrénées.

Moissac (Tarn-et-Garonne, Occitanie)

Halte sur l’actuel chemin de Compostelle entre le Puy-en-Velay et Saint-Jean-Pied-de-Port, Moissac est un haut lieu de spiritualité et de pèlerinage depuis le XIe siècle. Les moines de ce bourg monastique, qui entretenaient des liens privilégiés avec l’Espagne, furent un relais considérable pour l’abbaye de Cluny souhaitant diffuser la réforme grégorienne en Occident. Le cloître, l’abbatiale et son portail monumental, sont des témoignages exceptionnels de cette époque, et des chefs d’œuvres de l’art roman.

Pages